En Italie, 20,4 % des enfants sont en surpoids, 9,4 % souffrent d’obésité infantile, les enfants gravement obèses représentent 2,4 %, ce sont les données issues de l’année 2019 élaborées par OkKio to Health. La situation s’est certainement aggravée en 2020, lorsque les mineurs ont été interdits de mettre le nez hors de la porte : pendant la quarantaine, il était possible de promener le chien mais pas leur propre enfant, même pas de le laisser prendre une respiration d’oxygène et de se dégourdir les jambes. Toutefois, cela aurait pu être l’utilisation modeste de tablettes, de smartphones et de téléviseurs, le moyen de les protéger un peu bizarre.

Risque d’obésité infantile
Parmi les diverses conséquences du confinement, il y avait également celui lié à une augmentation du risque d’obésité infantile due à une activité physique réduite et à un régime alimentaire inapproprié. Loin des gymnases et des piscines, les enfants ne pouvaient plus jouer dans les cours et les places. Pour de nombreux enfants et enfants, aujourd’hui dans toute l’Italie, non seulement dans les régions les plus à risque, il ne reste que l’école. Le temps libre est passé à la maison, souvent devant la télévision ou les jeux vidéo. Pour manger mal et dormir un peu.
Comme l’a déclaré la Fédération italienne des pédiatres lors de son dernier congrès consacré aux conséquences du covid sur les enfants. « Les enfants et les jeunes sont les seuls à avoir pleinement vécu toutes les restrictions du premier confinement – explique Paolo Biasci, président de la FIMP (Fédération italienne des médecins pédiatres) au HuffPost -. Contrairement aux adultes, ils ne sont pas sortis au travail, à l’épicerie, au chien ou à la course.
L’anxiété et le stress ont amené à manger de plus en plus mal. Par crainte de pénuries alimentaires, les gens ont acheté plus d’aliments emballés et durables que d’aliments frais.
Le changement négatif du comportement des enfants obèses est donc apparu, avec un contrôle plus faible du poids pendant leur séjour à la maison. Les kilos en trop pris peuvent ne pas être facilement perdus et contribuer à l’obésité à l’âge adulte si des comportements plus sains ne reprennent pas. En effet, l’obésité pendant l’enfance et l’adolescence tend à laisser une trace au fil du temps jusqu’à l’âge adulte.

A découvrir également : Inflammation de l’oreille et maux de gorge : l’acide gastrique excessif peut également être causée par

Que peut-on faire pour limiter les dégâts ?
Malgré l’état d’urgence prolongé du Covid-19, une reprise de l’activité motrice et/ou sportive des enfants et des adolescents est recommandée pour contrecarrer la vie sédentaire des mois de confinement et favoriser la socialisation et le plaisir sans oublier la sécurité tout en respectant mesures de prévention de la contagion.

Il est important de réserver plus de temps pour de passer du temps au petit-déjeuner.
Augmentez ensuite la consommation de fruits, de légumes et de légumineuses et évitez de manger des aliments mal soignés ou très élaborés.

Lire également : 5 choses que vous devez faire attention à l’été si vous avez des rosacées votre peau !

Suivez une alimentation saine ainsi que le modèle

Même en situation de confinement, vous devez réduire l’utilisation de tablettes, de smartphones et de téléviseurs et essayer, dans la mesure du possible, de faire en sorte que les gens le fassent. Leur santé et leur bien-être psychophysique seront affectés.
Forcés de rester chez nous, nous pouvons saisir cette occasion pour transformer cette situation en une nouvelle opportunité de santé, en modifiant nos habitudes alimentaires pour le mieux et en pratiquant le mouvement même à la maison.